Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

POUR FAIRE FACE A OUSMANE SONKO, MACKY SALL FAIT ABSTRACTION AU DROIT A LA LIBERTÉ POLITIQUE DU FONCTIONNAIRE

Posté par: Assane Bocar Niane| Dimanche 18 septembre, 2016 18:09  | Consulté 1318 fois  |  1 Réactions  |   

L’équilibre de l’ordre sociétal a toujours été garanti par la transcendance de tout individualisme dans la considération de l’intérêt collectif. Mais l’homme, étant très tôt dénaturé par l’égoïsme, a besoin de règles pour se délimiter par rapport aux bornes naturellement préétablies. Ainsi nous légiférons pour nous « auto-administrer ». Nous créons une cadence rythmée dans toute action, individuelle ou collective. Ce qui fait engendrer une harmonie dans l’Ordre Publique. De ce fait chacun de nous se garde d’outrepasser les bornes autour des droits reconnus pour nous libérer mutuellement.

Toutefois « La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent. (Montesquieu) » Rien d’autre ! « La Liberté consiste à ne dépendre que des lois. (Voltaire) » Et non du Président Macky ou d’un quelconque semblable. « L'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. (Rousseau) » Mais « Que peuvent les lois, là où ne règne que l'argent ? (Pétrone) » « Faire une loi et ne pas la faire exécuter, c'est autoriser la chose qu'on veut défendre. (Cardinal de Richelieu). Par conséquent là « Où finissent les lois, la tyrannie commence. (William Pitt).

Donc bonjour la tyrannie chères compatriotes.

Le Président de PASTEF a-t-il violé l'obligation de réserve du fonctionnaire ? Son Directeur vous dira : "non !" Dès lors que c’est Monsieur Ousmane SONKO, lui-même, qui l’a informé de sa suspension. Ce qui est paradoxal. 

Depuis quand la subordination, dans l’Administration Publique sénégalaise, est-elle horizontale ? Légalement et règlementairement, elle a toujours été de hiérarchie en hiérarchie, de grade en grade et d’échelon en échelon. Parcourez la loi portant statut général des fonctionnaires et l’ensemble de ses textes d'application, vous y trouverez que la subordination est verticale. De telle sorte qu'il appartient aux directeurs ou chefs de service de constater ou d'informer la hiérarchie sur un quelconque manquement d'un agent et non le contraire.

Montesquieu vous dira : « Quand je vais dans un pays, je n'examine pas s'il y a de bonnes lois, mais si on exécute celles qui y sont, car il y a de bonnes lois partout.» Donc pourquoi, en Afrique, l’application des lois fait-elle défaut ? Pour qui légiférons-nous ?

En toute évidence, le malheur pour les pays francophones : ils ont été de très bons élèves pour un très mauvais modèle. Nicolas de Chamfort vous dira : « L'Anglais respecte la loi et méprise l'autorité… parce qu’il est libre et tient à sa liberté… le Français, au contraire, respecte l'autorité et méprise la loi. » Raison pour laquelle, le modèle anglophone est meilleur que le nôtre.

Si nous revenons sur la violation de l’obligation de réserve reprochée au Président SONKO, cela nous rappelle typiquement les accusations mensongères contre Monsieur Macky SALL et le Colonel Abdoul Aziz NDAO qui étaient, à l’époque, respectivement Premier Ministre et Haut Commandant de la Gendarmerie en second : ils étaient, pour cela, limogés de leur haute fonction par le Président WADE. Ça nous rappelle aussi les fausses accusations contre le Président DIA qui lui ont valu douze années de prison. C’est l’histoire qui se répète encore.

En réalité, Monsieur Ousmane SONKO n’a violé aucune obligation de réserve. Ses propos constituent le commentaire d’un document public dans lequel est mentionnée la situation des dettes fiscales des sociétés nationales, agences et établissements publics. Voici le lien pour accéder à ce document, http://www.finances.gouv.sn/images/yootheme/demo/DPBEB_2016_2018.pdf. Consultez les pages 45 et 46, vous y verrez la situation des dettes fiscales de l’Assemblée Nationale et d’autres sociétés nationales, agences et établissements publics.

Au-delà des violations de la procédure disciplinaire, de sa suspension à sa radiation, le Président SONKO est victime d’une injustice car il n’a commis aucune faute professionnelle. Sa radiation constitue un abus de pouvoir manifeste. Et fort de ce constat, le décret institué à cet effet devrait être annulé, purement et simplement, par la Cour Suprême.

Pour terminer, « la liberté politique ne se trouve que dans les gouvernements modérés... Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. (Montesquieu) » Néanmoins si le pouvoir institutionnel en est incapable, alors celui du Seigneur des Mondes le fera à sa place. Et pour celui qui ne sait pas que c’est notre Seigneur, exalté soit-Il, qui donne le pouvoir, « Dis : " Ô Allah, maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité a qui tu veux, et tu arraches l’autorité a qui tu veux ; et tu donnes la puissance a qui tu veux, et tu humilies qui tu veux. Le bien est en ta main et tu es omnipotent." (Sourate Al 'Imran, verset 26). »

 L'auteur  Assane Bocar Niane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Amadou En Septembre, 2016 (18:46 PM) 0 FansN°:1
Pauvre gouvernement,un état composé d idiot.un plus Conard que l autre.je me demande dans quel endroit du monde sommes nous.il est grand temps de se lever.

Ajouter un commentaire

 
 
Assane Bocar Niane
Blog crée le 25/04/2016 Visité 186227 fois 67 Articles 3134 Commentaires 11 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LETTRE OUVERTE A L’ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL
NE LAISSONS JAMAIS LES MEDIOCRES ECRIRE NOTRE HISTOIRE
LA RÉQUISITION : INFORMATIONS LÉGALES ET RÉGLEMENTAIRES
TERRORISME ET SALAFISME : UN DANGER REEL OU UNE TERREUR CHIMERIQUE
PATIENCE FRÈRES ! LE MUSULMAN A TOUJOURS ÉTÉ VISÉ PAR LES ENNEMIS DE L’ISLAM