Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

NON AUX GOUVERNEURS DE LA FRANCE QUI ONT RANG DE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DANS LES ZONES OU ILS EXERCENT

Posté par: Assane Bocar Niane| Dimanche 19 juin, 2016 04:06  | Consulté 1764 fois  |  0 Réactions  |   

Voilà l’extrait d’un discours qui a eu un effet pire qu’une bombe pour la France. Un discours qui n’a pas manqué d’entraîner un riposte de la France-Afrique : réaction qui a détruit complètement l’équipe du Grand Maodo qui était très bien partie pour faire émerger l’Afrique. La France a employé nos propres compatriotes pour cette sale mission honteuse et incongrue.

« La politique du Sénégal, clairement définie, s’est fixée trois objectifs qui sont, dans l’ordre où elle veut les atteindre : l’Indépendance, l’unité africaine et la confédération… Nous disons Indépendance d’abord, mais en nous fixant ce préalable nous ne faisons qu’interpréter l’aspiration profonde de tous les peuples d’Afrique Noire à la reconnaissance de leur personnalité et de leur existence nationale. L’Indépendance est un préalable. Elle n’est pas une fin en soi. Elle n’est pas un idéal en elle-même, mais pour ce qu’elle rend possible. Elle ne véhicule pas une volonté de succession. Elle ne recèle aucune intention d’isolement ni de repliement sur soi… Nous disons Indépendance, et nous disons ensuite Unité africaine. Si l’Indépendance que nous voulons n’est pas la sécession, elle n’est pas davantage l’indépendance dans le cadre de chaque territoire, la rupture de toutes les solidarités fédérales existantes, le repliement à l’intérieur de frontières dont nous avons jamais cessé de dénoncer le caractère artificiel…Enfin, au-delà de l’Indépendance et de l’Unité, le Gouvernement du Sénégal, avec le Congrès de Cotonou, propose la négociation avec la France d’une Confédération multinationale de peuples libres et égaux. Cette solution nous apparaît comme la seule réaliste et la seule durable parce qu’elle est la seule qui tienne compte à la fois du sentiment national des masses africaines, de leur aspiration à l’unité et de leur volonté d’entrer dans le monde moderne au sein d’un ensemble plus vaste encore. C’est pourquoi, nous regrettons de voir écarter la Confédération, avec toutes les perspectives d’association qu’elle contenait… ce serait pour l’Afrique un recul d’un demi siècle alors que tout lui commande d’aller de l’avant… Car avec quel peuple l’Afrique Indépendante et unie pourrait-elle plus librement et volontairement s’associer qu’avec le peuple de France, qu’elle connaît, et qu’elle aime. »

Extrait du discours de Maître Valdiodio NDIAYE, prononcé à Dakar le 26 août 1958. Il était Ministre de l'Intérieur et de l'Information et représentait Monsieur Mamadou DIA, Président du Conseil de Gouvernement du Sénégal, qui était retenu en Suisse pour des raisons de santé.

 L'auteur  Assane Bocar Niane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Assane Bocar Niane
Blog crée le 25/04/2016 Visité 164841 fois 61 Articles 2726 Commentaires 11 Abonnés

Posts recents
Le peuple sénégalais est très fatigué
Polémique autour du croissant lunaire
Un Président sans charme managérial
LE MAGISTRAT ALIOU NIANE, EX-PRÉSIDENT DE L\'UMS NOUS PARLE DE L\'INDÉPENDANCE DE LA MAGISTRATURE : profession de foi ou réalité, le cas du Ministre Moustapha DIOP, une preuve par 9
La purification spirituelle du Sénégal
Commentaires recents
Les plus populaires
LETTRE OUVERTE A L’ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL
NE LAISSONS JAMAIS LES MEDIOCRES ECRIRE NOTRE HISTOIRE
LA RÉQUISITION : INFORMATIONS LÉGALES ET RÉGLEMENTAIRES
TERRORISME ET SALAFISME : UN DANGER REEL OU UNE TERREUR CHIMERIQUE
PATIENCE FRÈRES ! LE MUSULMAN A TOUJOURS ÉTÉ VISÉ PAR LES ENNEMIS DE L’ISLAM